Anatomie, pannes et nettoyage d'un carbu Gurtner type AR2

Les fiches techniques et tutoriels des forumeurs
Verrouillé
Avatar du membre
Fluky
Adhérent(e) MCF
Messages : 10411
Enregistré le : 07 déc. 2008, 10:36
Localisation : 44 - Vertou

Anatomie, pannes et nettoyage d'un carbu Gurtner type AR2

Message par Fluky »

J'ai choisi un carbu AR2 pour ce topic, car d'une part c'est un carbu entièrement démontable, et d'autre part c'est un des plus répandus dans le monde la mob ; vous pourrez vous en inspirer pour d'autres types si besoin, la philosophie étant la même.

Je passe les étapes de démontage, relativement simples ; il nous reste donc dans les mains le corps de carbu.

Examen visuel :

La cuve :

On distingue 2 trous à l'intérieur, l'un va alimenter le gicleur principal, l'autre les circuits de starter, de transtion et de ralenti ; le cahier des charges Motobécane stipulait que même avec le gicleur principal bouché, la meule devait pouvoir rouler avec le starter pour rejoindre un lieu de réparation, d'où les 2 circuits d'essence indépendants.

Image

Un petit rappel du fonctionnement de ce carbu :

Le circuit de ralenti est fonctionnel en permanence même lorsque le boisseau est complètement fermé (hormis le passage d'air minimal pour le fonctionnement au ralenti) ;
Le circuit de transition est utilisé à faible ouverture de boisseau, tant que le trou de sortie du diffuseur est peu ou pas dégagé ; il diffuse bien sur aussi lorsque le boisseau est complètement levé.
Le circuit principal sert du quart d'ouverture (environ) jusqu'à ouverture complète du boisseau

Image Image Image

L'arrière du carbu :

Le circuit secondaire (starter, transition, ralenti) est alimenté par ces conduits :

Image

L'avant du carbu permet d'apercevoir la sortie du circuit de starter juste avant l'emmanchement sur la pipe

Image

La vue de dessus montre le logement du starter, du diffuseur, les circuits de transition et de ralenti :

Image

La vue de dessous montre le logement du gicleur et l'emplacement de la vis de nettoyage du circuit de ralenti :

Image

Jusque là, c'est simple, tout va bien ; attaquons maintenant les choses sérieuses, à savoir une dissection chirurgicale effectuée à l'aide des doigts boudinés du Médecin en Chef de l'Hopital Intercommunal de la Mob.

On coupe le carbu en 2 et on voit :

Image

De plus près ; on remarque que lorsque le gicleur est correctement vissé, son trou d'alimentation correspond avec le conduit venant de la cuve :

Image Image

Pannes possibles à ce niveau : conduit d'alimentation bouché (nettoyage au goupillon cure-pipe), fuites au niveau du cône (un nettoyage suffit), gicleur bouché, diffuseur bouché

Image

En enlevant gicleur et diffuseur, on aperçoit de nouveaux conduits :

Image Image

Pannes possibles : circuit de starter bouché (nettoyage au goupillon cure-pipe), alimentation transition + ralenti bouchée (pas grand chose à faire à part utiliser du nettoyant carbu et de l'air comprimé par le trou du diffuseur en bouchant le trou du gicleur), logement du diffuseur encrassé empêchant le passage de l'essence d'un côté à l'autre : nettoyage avec un petit goupillon

Image

Le circuit de starter :

Image Image

On continue la dissection, et on trouve le circuit de ralenti et de transition :

Image

Pannes possibles : pas de ralenti : dévisser la vis et nettoyer le conduit et le trou de sortie ; le moteur s'étouffe à l'accélération à bas régime : circuit de transition bouché, déboucher le trou avec un brin de câble de frein

Voilà, on a fait le tour de cette merveille des années 60, un brin complexe quand même... A l'époque, à part déboucher un gicleur, le plus souvent les agents considéraient le carbu comme un consommable et le changeaient en cas de problème non résolu.

Les pannes de carburation sont le plus souvent causées par :

- un réservoir crado qui envoie des saloperies dans le carbu et bouche le gicleur ; symptôme du gicleur bouché : ralenti OK, le moteur s'étouffe à l'accélération, mais tourne à peu près au starter

- une immobilisation prolongée de la machine avec de l'eau de condensation dans le carbu : au démontage, on trouve une expèce de plâtre blanc, très dur, très dificile à enlever ; cette oxydation du zamac est cumulative ; le seul moyen de s'en sortir est le nettoyage aux ultrasons, ou le bain de vinaigre bouillant (attention, ça pue et ça peut causer des dommages irréversibles si mal rincé et si le bain est trop long).

- un diffuseur bouché (ne pas oublier de déboucher les petits trous avec un brin de câble de frein) et son logement encrassé : la mob cale à l'accélération, est molle, ralenti instable ou inexistant ; ne pas oublier de passer un coup de goupillon dans le logement du diffuseur

- de la vieille huile et des vernis d'essence évaporée bouchant un peu tout ; dans ce cas, ni le vinaigre, ni les ultrasons ne sont efficaces ; la seule solution de nettoyage est la bombe de nettoyant carbu qui va dissoudre tout ça, et un bon coup de soufflette ensuite ; un bain aux ultrasons ne fera pas de mal une fois les dépôts enlevés.

Lors de l'utilisation du bac à ultrasons, verser un peu de produit tensioactif genre M. Propre, Vigor, etc dans l'eau, de façon à favoriser la pénetration de l'eau dans les conduits.

Enjoy it now, vous savez presque tout sur la remise en état d'un carbu :wink:
Si ça ne rentre pas, prends un plus gros marteau (Lao Tseu, faussement attribué à Confucius)
Mes tutos Youtube Mes calculettes pour mob

Verrouillé